Accueil du site > Colloque Philo’Doctes > Archives > Session d’été 2015 > Marie Schiele

Qu’est-ce qu’un art textile ? Analyse des discours et pratiques de Sonia Delaunay

par philo.doctes (12/05/2015)

Intervention du 4 juin 2015 (Marie Schiele)

Résumé :

L’œuvre de Sonia Delaunay est un engagement en faveur du renouvellement de la représentation picturale. L’art, et en particulier la peinture ne se caractérise plus par un rapport « descriptif » ou mimétique à la nature, mais conformément aux recherches sur la perception menées par l’artiste et son époux Robert Delaunay, elle est pure « représentation simultanée », soit création de formes par le contraste des couleurs. Si Robert Delaunay privilégie le medium pictural, l’œuvre de Sonia Delaunay est plus hétérogène et laisse une place non négligeable à la création textile. En 1913, l’artiste présente sa robe-simultanée, première application des théories picturales au textile, tentative réitérée et légitimée par la fondation de la Maison Sonia Delaunay, atelier de création et de production de tissus en 1925. Loin de délaisser la peinture, il y a chez l’artiste une volonté de concilier ses différentes pratiques. Quel est alors le statut de l’art textile et son rôle dans l’œuvre de Sonia Delaunay ?

L’art textile se définit avant tout comme une rupture, puisque qu’il rend la dichotomie entre arts majeurs et arts mineurs obsolète. Récusant sa fonction exclusivement décorative, Sonia Delaunay n’en fait pas pour autant le principe d’une nouvelle hiérarchie, mais un moyen de repenser le rapport entre les arts. Les robes et les manteaux simultanés sont à la fois propédeutique au tableau, « terrain expérimental » où la recherche picturale procède par tâtonnement, mais aussi dépassement comme « tableaux vivants », où le rythme des couleurs, leur contraste n’est plus uniquement destiné à la contemplation, mais devient l’occasion d’une expérience vivante de la confusion des genres.

Si les dernières parutions critiques ont considérablement réévalué la production textile de Sonia Delaunay, insistant sur la diversité de l’œuvre unifiée par une même volonté inspirée (la dernière exposition consacrée à Sonia Delaunay au Musée d’Art Moderne s’inscrit dans cette perspective), nous considérons néanmoins que l’art textile n’est pas uniquement le signe de la polyvalence de l’artiste et de son originalité. Bien plutôt, de par sa nature expérimentale, l’art textile oblige à repenser ce qui était à l’origine de la création picturale des Delaunay, la théorie simultanée des couleurs et l’enrichit. En d’autres termes, l’art textile bouscule certes la peinture dans sa technique et son application, mais aussi dans ses effets, soit dans son rapport au spectateur, c’est-à-dire quant à la perception et à l’esthétique engagées.

Notre propos insistera dès lors sur le rapport entre théorie simultanée des couleurs et pratique textile à travers l’analyse des dispositifs techniques exploités par les artistes et des discours théorisant leur pratique, soit de la rhétorique usée pour penser l’unité de l’œuvre dans toutes ses ramifications.