Accueil du site > Colloque Philo’Doctes > Archives > Session d’été 2015 > Romain Debluë

Hegel et « le royaume de la liberté »

par philo.doctes (12/05/2015)

Intervention du 11 juin 2015 (Romain Debluë)

Résumé :

Dans les premières pages de la Doctrine du Concept, Hegel a cette phrase énigmatique : « Dans le concept s’est ouvert par conséquent le royaume de la liberté (Im Begriffe hat sich daher das Reich der Freiheit eröffnet) ». Pourtant, le dernier chapitre de la Doctrine de l’Essence consacre explicitement, dans la Grande Logique, le règne de la nécessité : l’on est donc en droit de trouver incongrue la façon dont Hegel fait surgir, par ce qui semble tout d’abord un tour de passe-passe logique, la liberté de la nécessité. Plus encore, si le Concept est la vérité de l’Essence, comme Hegel l’affirme explicitement, il nous faut prendre acte du fait que pour lui, la liberté est, de même, la vérité de la nécessité. Hegel lui-même semble conscient du caractère paradoxal de telles affirmations puisqu’il écrit, au §159 de l’Encyclopédie, que « le passage (Übergang) de la nécessité à la liberté, ou de l’effectif dans le concept, est le plus dur ».

C’est donc ce dur passage que nous nous proposons d’étudier au cours de notre intervention, afin d’essayer de montrer que sous son apparente bizarrerie se cache en réalité une progression logique rigoureuse dont il nous faudra expliciter les articulations. À cette fin, nous entendons prendre pour axe recteur le renversement surprenant de la nécessité en liberté : nous espérons par là débrouiller la nature même du Concept hégélien, notion qui n’a que peu de choses à voir avec l’idée commune que l’on se fait d’un concept, à savoir un universel abstrait sous lequel on subsume un certain nombre de singuliers. Notre hypothèse est qu’il est fondamental de comprendre la présence possible (et même, paradoxalement, nécessaire) de la liberté dans la Logique afin de ne pas ensuite achopper sur le passage plus étonnant encore de la Logique à la Nature, qui est par excellence le lieu de toutes les contingences, et l’horizon de déploiement de la liberté proprement humaine. Nous pensons ultimement qu’une fois élucidé le rapport du Concept à la liberté, l’Entlassung terminale de la Logique qui « laisse-aller » hors d’elle la Nature, ne pose au sein du Système plus aucun problème.