Accueil du site > Colloque Philo’Doctes > Archives > Session d’automne 2015 > Alberto Romele

Herméneutique matérielle et traces numériques

par philo.doctes (8/11/2015)

Résumé de l’intervention du 12 novembre 2015 :

Le but de cette intervention est de montrer dans quelle mesure il est possible d’appliquer le paradigme « postphénoménologique » développé par des auteurs comme Don Ihde et Peter-Paul Verbeek au domaine des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Dans la première partie, nous discuterons de l’« idéalisme de la matière » (Latour) dont ont été victimes les représentants de l’herméneutique ontologique (Heidegger, Gadamer et Ricœur), ainsi que des limites techniques de l’interprétation. Dans la deuxième partie, nous introduirons l’herméneutique matérielle du philosophe américain Don Ihde – avec une attention spécifique aux quatre formes de relation technologiquement médiatisée présentées dans son Technology and the Lifeworld (1990). Nous traiterons aussi de l’intégration de ce modèle proposée plus récemment par le philosophe néerlandais Peter-Paul Verbeek dans What Things do (2005). Dans la troisième partie, nous allons présenter une autre forme d’herméneutique matérielle, celle du philologue allemand Peter Szondi. C’est précisément l’approche de Szondi – antidogmatique (critique), antitranscendantale (empirique) et antiontologique – qui nous permettra d’orienter la postphénoménologie vers les technologies numériques, en particulier en direction de la question de la traçabilité digitale.