Accueil du site > Colloque Philo’Doctes > Archives > Session d’hiver 2016 > Guillaume Dechauffour

Le constructivisme dialectique, un cadre alternatif pour la naturalisation de l’épistémologie ?

par philo.doctes (27/01/2016)

Le constructivisme dialectique, un cadre alternatif pour la naturalisation de l’épistémologie ?

L’article « Epistemology Naturalized », publié par W.V.O. Quine en 1969 fait le constat de l’échec de l’épistémologie à identifier et justifier les concepts et les normes qui nous permettent de valider nos croyances sur le monde, il propose donc l’abandon pur et simple des méthodes et des buts traditionnels de la philosophie de la connaissance pour leur substituer une enquête psychologique qui mobiliserait les ressources des sciences de la nature. Le choc espéré s’est produit et l’on peut suivre les lignes de fractures qu’il a causé dans l’épistémologie contemporaine où deux mouvements s’opposent : celui qui, à la suite de Quine cherche à dépasser les limitations qui semblent affecter la démarche traditionnelle en se rapprochant de la psychologie et des sciences cognitives et celui qui, remettant en cause la légitimité du constat et la pertinence de la proposition de Quine défend une épistémologie a priori, analytique. Mais la substitution n’a pas eu lieu.

Je tenterai de montrer qu’il est, en un certain sens, légitime de vouloir naturaliser l’épistémologie mais qu’il n’est pas nécessaire pour cela de partager les termes du constat et de la proposition de Quine. L’épistémologie génétique de Jean Piaget nous permet de dépasser le cadre de cette opposition en nous fournissant un modèle alternatif de naturalisation de l’épistémologie, moins coûteux théoriquement et moins problématique que celui de Quine. Défendre une telle position, et l’enrichir des apports du débat contemporain, implique de redéfinir à la fois le rôle de la psychologie cognitive et l’usage que nous faisons du concept de nature. Je chercherai enfin à expliquer pourquoi un tel projet n’est possible que s’il s’intègre à une démarche plus large de description de la nature, du processus et de la structure de la connaissance au prisme des échanges de l’individu et du milieu : un constructivisme dialectique.