Accueil du site > Colloque Philo’Doctes > Archives > Session de printemps 2016 > Antonin Broi

Le bien-être subjectif est-il quantifiable ?

par philo.doctes (3/05/2016)

Résumé de l’intervention d’Antonin Broi du 4 mai 2016 :

De nombreuses théories morales supposent que le bien-être est une quantité qui peut être mesurée. C’est à cette condition qu’il est possible, par exemple, de comparer le bien-être de deux personnes différentes. Par ailleurs, la conception hédoniste, selon laquelle le bien-être consiste en l’expérience subjective du plaisir et de la souffrance, reste une des théories du bien-être les plus influentes. Peut-on mesurer les plaisirs et les souffrances ? Un « hédonomètre » est-il possible ? Plutôt que d’essayer de répondre directement à cette question, je m’interrogerai sur les critères de mesurabilité qui sont sous-jacents dans le débat philosophique autour de cette question. Je distingue dans cette optique des critères déflationnistes, phénoménologiques, et scientifiques. Le but est dans un second temps d’étudier dans quelle mesure certains critères sont plus pertinents que d’autres, en tenant compte de la portée résolument éthique, et pas seulement métaphysique, de la question de la quantification du bien-être.