Accueil du site > Colloque Philo’Doctes > Archives > Session d’automne 2016 > Fernanda Alt

La hantise chez Sartre : L’opacité spectrale de la conscience.

par philo.doctes (6/12/2016)

Résumé de l’intervention de Fernanda Alt (Paris 1 Panthéon-Sorbonne/UERJ) du 8 décembre 2016 :

On pourrait dire sans trop hésiter qu’il y a dans le milieu philosophique une sorte de lecture répandue, voire dominante de la pensée de Jean-Paul Sartre (au moins de ce qu’on appelle en général le « premier Sartre »). Celle-ci consiste, à notre avis, en une lecture où se trouvent renforcés plutôt les aspects cartésiens de sa philosophie, comme par exemple le cogito en tant que point de départ de la démarche philosophique, l’idée d’un sujet transparent à lui-même, ou encore le dualisme, etc. C’est sans doute Merleau-Ponty qui a contribué à établir cette grille de lecture « cartésienne » de Sartre, pour pouvoir lui opposer une philosophie non-dualiste ainsi que l’idée d’une conscience opaque. De fait, sa pensée se construit contre la scission sartrienne entre la conscience et le monde, scission qui peut également s’exprimer en termes de translucidité et opacité. Dans cette exposé nous chercherons à montrer qu’il existe une alternative à ce type de lecture à travers le thème de la hantise dans L’Être et le Néant, trop souvent passé sous silence malgré son omniprésence tout au long de l’ontologie sartrienne. Cette lecture alternative entend mettre à jour qu’il y a une sorte d’opacité propre à la conscience sartrienne, issue des modes d’être spectraux liés à la hantise, questionnant ainsi l’idée d’un sujet purement conscient et transparent chez Sartre.