Accueil du site > Colloque Philo’Doctes > Archives > Session d’été 2019 > Leonard Feldblyum - 23 mai

« Démêler la motivation, le désir et l’action dans la psychologie empirique de Kant »

par philo.doctes (19/05/2019)

Résumé de l’intervention de Leonard Feldblyum (Brown University) le 23 mai 2019

Titre en anglais : « Untangling motivation, desire and action in Kant’s empirical psychology »

Chez Kant, la notion de désir est essentielle à l’explication de la manière dont la loi morale nous motive à agir. Kant maintient que « le désir (appetitio) est l’auto-détermination du pouvoir du sujet par la représentation de quelque chose dans le futur comme effet possible de cette représentation » (7 :251). Toutefois, Kant n’explique ni lequel des différents pouvoirs du sujet il a à l’esprit, ni dans quel sens la détermination de ce pouvoir par une représentation de quelque chose dans le futur compte comme auto-détermination. J’essaie donc de démontrer que le pouvoir du sujet dont il s’agit est sa capacité à générer les états psychologiques qui le poussent à effectuer des actions particulières ; j’appelle ces états motivationnels ‘signaux d’activations’. Plus précisément, je défends l’idée selon laquelle lorsqu’un sujet génère un signal d’activation grâce à la représentation d’une situation future comme étant douloureuse ou plaisante pour lui, il éprouve un certain désir. Finalement, je distingue l’auto-détermination qui joue un rôle dans le désir de l’auto-détermination que Kant associe avec l’autonomie, c’est-à-dire l’auto-législation.

Kant’s account of desire is crucial to his explanation of how the moral law motivates us to act. He claims that “desire (appetitio) is the self-determination of a subject’s power through the representation of something in the future as an effect of this representation” (7:251). Yet Kant does not explain which of the subject’s various powers he has in mind, nor in what sense determination of that power by representations of the future counts as self-determination. I contend that the subject’s power is her capacity to generate the psychological states that cause her to perform specific actions ; I call these motivational states ‘activation signals’. When a subject generates an activation signal by representing some future state of affairs as painful or pleasant to her, she has an occurrent desire. I also distinguish the self-determination at work in desire from the type of self-determination Kant associates with autonomy, namely, self-legislation.