Accueil du site > Colloque Philo’Doctes > Archives > Session d’hiver 2012 > Paul Slama

Sur une remarque du § 8 du cours de Heidegger sur la « Germanie » de Hölderlin : la décision inaugurale des Beiträge zur Philosophie

par philo.doctes (1er/01/2012)

Communication du 9 février - Colloque Philo’Doctes

Résumé :

Les Beiträge zur Philosophie ont ce statut unique d’oeuvre écrite secrètement dans la vie du penseur, pour des raisons inéclaircies mais vers lesquelles les §§ 37 et 38 du traité font implicitement signe. Il existe en France une certaine réticence à aborder philosophiquement un tel « cas », soit parce qu’on le trouve « ésotérique » (voire « chamanique »...), soit plus simplement parce qu’on y voit un moyen pour Heidegger de s’affranchir tout à fait de ce que nous appelons « philosophie ». Cette situation ne tient aucunement à son absence de traduction, mais bien plutôt à sa parole inouïe et déroutante, et à la difficulté d’admettre qu’après Être et temps, Heidegger pût produire un chef-d’oeuvre de la même ampleur. Pour qui en est persuadé, la chose risque fort de rester ineffable, à moins de prouver, textes à l’appui, qu’il ne s’agit là de rien d’autre que de philosophie, c’est-à-dire de vieilles questions dont seuls l’approche et les thèmes prétendent au caractère révolutionnaire. Mais cette prétention n’est-elle pas la chose la plus commune parmi les grands penseurs, et comment s’expliquer alors de telles résistances qui conduisent à largement ignorer le « second grand chef-d’oeuvre » - comme si les contemporains de Kant avaient méconnu la deuxième Critique après qu’ils eurent célébré la première ?

Affronter cette résistance commande d’ouvrir les Beiträge à un questionnement essentiellement philosophique. Je voudrais montrer que les Beiträge trouvent leur élan initial dans le cours du semestre d’hiver 1934-35 sur les Hymnes de Hölderlin, qui élabore explicitement en son § 8 une problématique philosophique qui sera une source à laquelle puisera le grand traité de 36-38 : à partir de la problématique transcendantale de la question du « rapport en tant que rapport » (die Beziehung als Beziehung) entre fondement (Grund) du Dasein et « objet comme tel » (Gegenstand / Objekt), je déploierai le questionnement essentiel des Beiträge zur Philosophie qui se meut foncièrement sur le sol de la philosophie. Ainsi trouvent-ils leur inaugurale décision, c’est-à-dire leur véritable position philosophique eu égard à la tradition. Mon but n’est pas alors d’embrasser tout le traité (tâche inapprochable), mais d’introduire à son questionnement philosophique dans ce que la vieille langue appelait un « préambule » - sans ignorer ce que cela contient de chemins et de sentiers inaccueillants.

Bibliographie :

Cours du semestre d’hiver 1934-35, traduction Fédier et Hervier, Gallimard, § 8 (GA 39)

Beiträge zur Philosophie, GA 65 (en particulier, pour approcher la problématique de la communication, les §§134-135)