Accueil du site > Colloque Philo’Doctes > Archives > Session d’été 2012 > Christopher Sauder

L’idéalisme à la limite : la critique schellingienne de Hegel

par philo.doctes (22/05/2012)

Intervention du 24 mai 2012 - Colloque Philo’Doctes.

Résumé :

Appelé à Berlin, en 1841, pour « extirper la semence du dragon du panthéisme hégélien », Schelling a réitéré, devant un public où figuraient Kierkegaard et Engels, les grandes lignes de sa critique de Hegel, déjà exposée environ 10 ans auparavant dans sa Contribution à l’histoire de la philosophie moderne. Dans cette critique, Schelling défend sa propre philosophie de l’identité contre son prétendu dépassement dans la Logique de Hegel. Selon Schelling l’entreprise qui consiste à commencer le système par un exposé des relations logiques pures, en dehors de la nature et de l’esprit, comme le fait Hegel dans son Encyclopédie, rend la philosophie « monstrueuse ». Ce faisant, Schelling déploie les distinctions de sa philosophie tardive pour dénoncer la pensée de Hegel comme une philosophie négative, qui se détourne de l’effectivité et s’apparente plutôt à un formalisme logique semblable à une « poésie sur la poésie ». Nous chercherons à comprendre les enjeux de cette dispute interne à l’idéalisme allemand, à estimer la légitimité de la critique schellingienne et à envisager le type de réponses que Hegel aurait été susceptible d’y apporter.