Accueil du site > Colloque Philo’Doctes > Archives > Session de printemps 2013 > Marion Richez

Viktor von Weizsäcker : exploration d’un organique pensant.

par philo.doctes (14/03/2013)

Intervention du 11 avril - Colloque Philo’Doctes.

Résumé : Au seuil de la philosophie, ancré dans une réflexion médicale et une observation des manifestations organiques, Viktor von Weizsäcker explore une conception de l’humain où l’organisme lui-même puisse prendre part à la subjectivité, reléguée jusque là par les théories tentant d’appréhender la spécificité humaine, dans une sphère abstraite et surplombante. Mais si avant de connaître, l’homme vit, et si avant de dominer le monde, il le rencontre, alors le corps humain devient porteur d’une richesse que ni l’anatomie, ni la physiologie, ni même la psychologie ne parviennent à dire, faute de méthode. C’est en effet à rebours des théories aux fondements dualistes que cet auteur tente de saisir le vivant lui-même, par une attention portée au mouvement, mouvement qui est tout uniment d’emblée organique et subjectif. Ainsi la danse, tout comme l’agir humain, et la structuration propre du psychisme en types d’actes fondamentaux, procèdent avant tout d’une rencontre complexe avec le monde, annulant tout schéma causal et toute possibilité explicative univoque, au profit d’une invitation à l’observation, seule à même de forger un outillage théorique plus adapté au réel. Cet auteur, peu étudié en France faute de traductions, n’en est pas moins une figure de référence dans les travaux de phénoménologie psychiatrique et psychanalytique (Binswanger, Kimura), et c’est manifestement dans son sillage que se situera une pensée comme celle de Merleau-Ponty.