Accueil du site > Colloque Philo’Doctes > Archives > Session d’été 2013 > Luísa Semedo

La relation intersubjective et la fondation du soi

par philo.doctes (14/05/2013)

Intervention du 16 mai de Luísa Semedo : La relation intersubjective et la fondation du soi

Résumé : Dans cette communication j’essaierai de présenter et de discuter le rôle de la relation intersubjective dans la fondation du Soi. Dans un premier temps nous verrons que l’enfant arrive très tôt à faire la distinction entre ses congénères et d’autres animaux ou objets, et qu’il porte une attention particulière et éprouve une plus grande réactivité aux visages humains. Il fait également la distinction entre des visages familiers ou étrangers, notamment celui de sa mère. L’enfant a de plus une préférence pour les mouvements, la voix et les odeurs humains. Il y a donc un premier contact perceptif privilégié avec autrui mais il a aussi et surtout une interaction précoce avec l’autre à travers la persistance du regard, du sourire ou de l’imitation. Nous sommes donc d’une certaine forme programmés pour reconnaître nos congénères puisque de cela même dépend notre survie. Nous verrons alors qu’autrui est un besoin vital. L’intersubjectivité est une condition de notre propre existence. Les expériences d’isolement précoce dans le but de l’expérimentation et dans le cas d’abandon et de placement dans des institutions ou encore le cas particulier des enfants sauvages ou cloîtrés démontrent clairement le besoin vital que nous avons d’autrui. Pourtant ce besoin d’autrui dans la constitution du Soi continue à être essentiel encore chez les adultes. Les cas de solitude forcée et prolongée comme dans le cas des prisonniers en isolement ou des otages, provoquent, comme chez les enfants, une désagrégation du Soi pouvant aller jusqu’à la mort psychique et physique de l’individu.

Audibert, C., L’incapacité d’être seul – Essai sur l’amour, la solitude et les addictions, Paris, Éditions Payot, 2008.

Harlow, H. F., « The Nature of Love », American Psychologist, 13, 1958, 673-685.

Hauser, K., Écrits de et sur Kaspar Hauser, trad. Jean Torrent et Luc Meichler, Christian Bourgois Éditeur, [1979] 2003.

Itard, J., Victor de l’Aveyron, Paris, Éditions Allia, 2009.

Johnson, M.H., Dziurawiec, S., Ellis, H.D. & Morton, J., « Newborns’ preferential tracking of face-like stimuli and its subsequent decline », Cognition, 40, 1991, 1- 19.

Mehler, J. & Dupoux, E., Naître Humain, Paris, Odile Jacob, 2002. Nadel, J., « L’humain version bébé », in Lécuyer, Roger (dir.), Le développement du Nourrisson, Paris, Dunod, 2004.

Pascalis, O., De Schonen, S., Morton, J., Deruelle, C. & Fabre-Grenet, M., « Mother’s face recognition by neonates : a replication and an extension », Infant Behavior and Development, 18, 1995, 79-85.

Spitz, R. A., De la naissance à la parole – La première année de vie (1965), trad. Liliane Flournoy, Paris, PUF, [1968] 2002.

Strivay, L., Enfants sauvages – Approches anthropologiques, Paris, Éditions Gallimard, 2006.